:: suivant >>
éditer :: []->

Inspirations


Vous trouverez ici la liste des ressources récoltées, n'hésitez pas à apporter votre contribution !

AURAY - A votre Ecoute

Description de cette initiative : Une plate-forme téléphonique d'écoute et de recueil des besoins de la vie quotidienne. Son but : Répondre directement à la demande via un service municipal déjà mis en place ou orienter vers des structures et organismes partenaires
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : création d'une plate forme de soutien, d'écoute des habitants isolés et orientation
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : prévention de l'isolement en lien avec les acteurs institutionnels de la collectivité ou les partenaires
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : redondances avec des services existants ? a vérifier sur le terrain / lien avec l'intercommunalité
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : développer sur le territoire de l'intercommunalité
Nom de l'acteur : Ville d'Auray
Auteur de la fiche : Marie-Elodie GY
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Commune
Echelle d'action : Commune
Ville : Auray
Comment contacter cette initiative? : 02 97 24 48 71
auray.avotreecoute@ville-auray.fr
Précisez des mots clef pour cette initiative : Solidarité, Accompagnement social, Entraide
AurayAVotreEcoute2 (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:58, mise à jour le 15.06.2020 à 14:58.

Accompagnement administratif dans vos démarches d'accès aux droits et accompagnement emploi, formation, orientation professionnelle

Description de cette initiative : Continuité de Services d'iLOZ, la Maison de Services et l'Emploi du Pays de Pipriac pendant le confinement.
les services d'accompagnement aux démarches pour tout public, de votre recherche d'emploi ou bien de votre recherche de futurs salariés sont assurés par téléphone et par mail de 9h à 12h du lundi au vendredi.
Pour se faire nous avons maintenu le lien avec les personnes en les appelants pour les informer que nous étions toujours présents et disponibles à la sollicitation.
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Nous avons renforcer l'entretien téléphonique, fait de la démarche administrative en distanciel avec des dépôts de documents et retransmission par des biais divers. Nous avons maintenu un lien humain et rassurer
cela nous a permis d'éviter des dégradations de situation, ex; une personne bloquée à l'étranger qui ne pouvait rien faire d'où elle était si ce n'est nous a appeler via whatsapp. une personnes qui a fait le pied de grue devant le bâtiment pour nous voir car coupure droit et plus de téléphone. Nous avons du être agile dans nos outils et trouver le moyen de rester joignable et en lien. surtout faire savoir que nous étions opérationnel à minima et le relais d'institutions qui étaient devenus difficilement joignable par le contexte et avons envisagé de se mettre à la visio. Nous avons pu travailler en complémentarité des initiatives de solidarité mis en place par les CCAS. Nous pouvions alerter les élus si le besoin se faisait. Nous sommes rester en lien avec les autres structures. Pour l'emploi nous avons relayer les besoins par mailing et réseau social.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Sortir de la culture de l'anonymat. (avec le respect de la confidentialité) C'est à dire les personnes ont apprécié d'être contactée. Cela était possible car nous avions les coordonnées des personnes. Si nous faisions de l'accueil anonyme cela n'aurait pas été possible.
Renforcer le lien de proximité entre notre missions, les acteurs du territoires, les élus et ses habitants.
Eviter une dégradation de situations déjà précaires.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : le plus complexe c'est pour le maintien de lien avec les personnes non connectés et qui n'ont pas le téléphone.
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : Aujourd'hui la reprise d'accueil physique nous facilité la continuité
il est essentiel de rester accessible par différents canaux et d'envisager de nouvelle modalités d'échanges
Nom de l'acteur : iLOZ Pipriac
Auteur de la fiche : Caroline Le Bris
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Association
Echelle d'action : Autre
Précisez autre échelle : 6 communes: Pipriac, St Ganton, Bruc sur Aff, Sixt sur Aff, st just, Lieuron
Ville : Pipriac
Lien Web si existant : https://iloz.bzh/
AccompagnementAdministratifDansVosDemarches2 (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 15:03, mise à jour le 15.06.2020 à 15:03.

Atelier lirecrire ATD Quart monde à distance, Brest (durant le covid : le journal des confiné.es)

Description de cette initiative : Depuis trois ans, chaque vendredi matin, l'atelier « lirecrire numérique » (équipé par la Mairie), se tient dans le local du groupe de Brest à la Maison des associations. Autour de la table, au coude à coude, de trois à six militant.es et trois à quatre allié.es. Un vendredi sur deux un allié, journaliste en retraite, cherche le consensus sur un sujet d'écriture, l'autre vendredi une alliée, ancienne enseignante engagée auprès des élèves et collégiens décrocheurs, aide à apprivoiser la culture numérique. Les compétences du groupe se croisent et s'enrichissent.

Depuis la mi-mars ce coude à coude du vendredi n'est plus possible. Mais il fallait que continue et se développe ce qui a été vécu dans la confiance et la convivialité. Jusqu'ici, les sujets d'actualité n'avaient pas manqué, ce qui a donné des lettres à « Cher gilet jaune » ou « Chère Greta », des textes sur le courage... Mais à la mi-mars, le sujet s'impose : le confinement. Alors, va pour la création du « Journal des confiné.es » ! Il rassemblera, semaine après semaine, les textes des participant.es de l'atelier. L'occasion d'inventer une nouvelle façon de faire ensemble, d'échanger par téléphone, de pratiquer les mails, les fichiers collaboratifs et pour certain.es même la mise en ligne de propositions directement sur le site.
repris de la fiche initiative Sur Riposte Creative Brest
atelierlirecrireatdquartmondeadistanceb2_25-atd001.jpg
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Elle fait entendre la voix de personnes en précarité qui ne s'expriment pas hbituellement dans l'espace public.
Elle participe à une reconquête de l'estime de soi.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : L'expression publique est trop souvent occupée par des personnes qui ont un capital social.
Les difficultés, les aspirations des personnes qui en sont éloignée sont peu prises en compte.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Elle repose sur une animation de deux alliés motivés (un journaliste et une enseignantes à la retraite) qui ont ce souci d'être en attention aux personnes.
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? :
  • L'attention aux personnes des 2 animateurs,
  • Les participant.es se connaissent, militent à ATD Quart Monde
  • Le mouvement ATD Quart monde, sa démarche, et le réseau de personnes qui la font vivre.
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : Ce type de pratique d'écrit public accompagné en attention aux personnes pourrait être partie intégrante de l'éducation à l'école, au collège, au lycée dans les formations professionnelles et aussi dans toute structure visant l'inclusion.
Nom de l'acteur : Monique Argoualc'h, Alliée ATD Quart monde
Auteur de la fiche : Michel Briand
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Association
Echelle d'action : Commune
Ville : Brest Maison des associations
Comment contacter cette initiative? : Monique Argoualc'h
Patrick La Prairie
Lien Web si existant : http://www.atd-lirecrire.infini.fr/
Précisez des mots clef pour cette initiative : écrit public, personnes en précarité, culture numérique, Brest, ATD Quart monde
Partenaires associés : ATD Quart monde
AtelierLirecrireAtdQuartMondeADistanceB2 (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:36, mise à jour le 19.06.2020 à 15:54.

Au restaurant avec les voisins

Description de cette initiative : Les moments de préparation des repas, de cuisine, sont devenus très importants durant le confinement (rythme des journées, "retrouvailles" des membres de la famille à des moments clés, plaisir du partage et du faire ensemble, plaisir d'expérimenter et de goûter des saveurs nouvelles...). Les quantités cuisinées étant parfois supérieures aux capacités digestives des convives de la maison, l'idée nous est venue de proposer nos nouvelles recettes à nos voisins les plus proches, une fois... deux fois...

Finalement, au bout de quelques semaines, nous avons régulièrement instauré avec 2 familles des temps d'échange de plats (agrémentés de boissons adaptées - à consommer avec modération - ).

Pas de contrainte, ni d'obligation, mais juste l'envie de faire plaisir et de partager une bonne recette.
Nous avions ainsi l'impression d'aller au restaurant, tout en restant à la maison. Une subtilité ou un plaisir en plus : nous découvrions le menu au moment de le goûter !
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Elle a recréé du lien social entre les voisins.
Elle a fait redécouvrir le goût de la cuisine pour certain.e.s., des nouvelles saveurs pour d'autres.

Idée : Il pourrait également être proposé à celui ou celle qui souhaiterait ponctuellement cuisiner pour des membres extérieurs à sa famille l'opportunité de le faire, soit de chez elle, soit d'un restaurant, soit d'un "lieu collectif"...
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : En récréant du lien social et en redonnant l'envie de partager.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Le potentiel retour à un repli sur soi, à l'instar de ce que l'on connaissait plus avant.
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : Oui, l'échange d'autres biens matériels (voiture avec autopartage, outils de jardinage, jouets...).
Auteur de la fiche : Le Kervern
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Individu - Particulier
Echelle d'action : Quartier
Ville : Brest
Précisez des mots clef pour cette initiative : restaurant - voisins - découverte culinaire
AuRestaurantAvecLesVoisins (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:55, mise à jour le 15.06.2020 à 14:55.

Cartographie collaborative des circuits de résilience alimentaire locale - exemple de la carte Producteurs Dinan confinés

Description de cette initiative : Une carte pour rendre visible les nouveaux modes de distribution des producteurs locaux en période de confinement.

En période de confinement, les producteurs locaux réinventent leurs modes de distribution

Après la fermeture des cantines, des restaurants, puis celle des marchés, les producteurs locaux doivent réinventer leurs modes de distribution. Commande en ligne, livraison à domicile, dépôt en point de distribution… Anciennes ou nouvelles, les solutions pour s’approvisionner malgré le confinement auprès des producteurs locaux existent !

La carte Dinan Rance Emeraude - Producteurs confinés a pour objectif de rendre visible les différents moyens de s’approvisionner auprès des producteurs locaux durant le confinement.

Un outil libre, partageable et contributif

La carte s’appuie sur un logiciel libre, GoGoCarto , et les données sont publiées sous licence libre.

Les données peuvent donc être réexploitées par d’autres initiatives, et la carte en elle-même est facilement partageable sur d’autres sites internet.

Il est aussi aisé d’ajouter ou corriger des données via un formulaire.

C’est donc un outil qui peut permettre facilement aux producteurs de faire connaître leurs points de distribution et leurs réseaux. C’est aussi un outil qui peut permettre aux collectivités, qui peuvent alimenter les données et intégrer la carte sur leur site, de valoriser et soutenir les producteurs de son territoire.
cartographiecollaborativedescircuitsderesi_carto-producteurs-confines.png
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Des cartes, il en existe des tonnes. Celle-ci vient du terrain et peut être alimentée directement par des citoyens, consommateurs ou producteurs. Cette ouverture invite à l'action et permet de ne pas faire reposer la mise à jour sur les épaules d'une seule personne.

La carte se base sur un outil libre existant (on ne réinvente pas la roue, on utilise ce qui marche !)

La carte est facilement intégrable et réexploitable sur n'importe quel site : mutualisation de moyens.

Les données sont libres : le projet est compostable, on pourra réexploiter ce qu'elle a produit ailleurs.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Mise en avant de producteurs locaux et de leurs points de distribution sur le territoire : en rendant visible les circuits courts du territoire, la carte renforce (j'espère) une économie plus durable.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : La région elle-même a sorti sa plateforme (https://www.produits-locaux.bzh), moins ouverte, ne proposant pas de filtres donc potentiellement moins utile au consommateur. Dommage que la force de frappe de la région n'ait pas bénéficié à un outil libre qui fasse confiance à la contribution.

Des développements pourraient être fait, aussi, sur gogocarto, afin de mieux rendre visible les liens entre producteurs et lieux de distribution (possibilité de trouver facilement tous les points de distribution d'un producteur / possibilité de voir facilement tous les producteurs dont les produits sont disponibles dans tel lieu de distribution).
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : L'existence d'un outil libre qui, moyennant un petit temps de configuration, permet de créer facilement une cartographie collaborative
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : Toute initiative visant à valoriser des circuits courts (ça pourrait aussi être dans la construction, par exemple)
Nom de l'acteur : Les Vigiliantes
Auteur de la fiche : Claire Zuliani
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Groupe - Collectif
Echelle d'action : Intercommunalité
Ville : Dinan
Comment contacter cette initiative? : contact@vigiliantes.fr
Lien Web si existant : https://producteursdinan.gogocarto.fr
Précisez des mots clef pour cette initiative : carte, producteurs, consommateurs, circuit court, alimentation, local
CartographieCollaborativeDesCircuitsDeResi (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:36, mise à jour le 15.06.2020 à 14:55.

Catalogues de ressources matérielles des acteurs privés dans le cadre de la lutte contre le coronavirus

Description de cette initiative : En coeur de crise au mois de mars 2020, un certain nombre de pôles de compétitivités en régions ont lancé des plateformes en ligne visant à référencer les moyens de prototypage et de production mobilisables.
En Bretagne par exemple, ce référencement a été opéré par Bretagne Développement International avec de trouver qui peut faire quoi et avec quelles ressources, rapidement, en lien avec les besoins des soignants et hôpitaux.
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Cette initiative lancée pendant une épidémie préfigure un horizon dans lequel les forces de production d'un territoire pourraient être identifiées, sollicitées, et REPROGRAMMEES en vue de produire autre-chose, autrement. Elle a notamment permis que des industriels du métal usinent des pièces de respirateurs, ou des entreprises textiles fabriquent des masques en coton, etc.

Elle ouvre donc la perspective d'une fabrication distribuée de ce qui est nécessaire sur la base d'une capacité de production reprogrammable "on demand" sur la base d'une résilience territoriale (il n'y avait plus d'imports de stocks).

Cette logique inspirée des fablabs et de la fab city bouscule les projets de reconversion "table rase/investissement", et change à la fois la manière d'utiliser et de transmettre des connaissances, et d'utiliser et de transmettre de la matière.

On est sur une économie redistribuée basée sur une adaptation des ressources existantes y compris dans le secteur privé pour répondre à des besoins locaux en utilisant des méthodes, modes d'emploi et plans partagés (formule gel hydro, patrons masques, plans objets...).
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Dans le contexte de l'urgence climatique la réduction drastique des flux internationaux de matériaux et d'objets semble s'imposer...
Des milliers de solutions vont devoir être inventées, et les objets vont devoir s'inscrire dans des cycles différents de conception/fabrication/seconde-troisieme vie etc...

L'association des moyens de production privés à cette démarche permet de changer drastiquement le potentiel mobilisable localement, d'abaisser le bilan carbone, et d'adapter localement des contraintes globales.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : - Ces initiatives n'ont pas eu lieu dans toutes les régions
- Leur efficacité a été diverse suivant que ces catalogues ont été reliés aux autres forces mobilisées dans l'effort (makers, fablabs, territoires locaux, assos et collectifs solidaires, couturiers, etc.
- Les aspects légaux, quand ils ont été respectés, se sont faits dans un cadre dérogatoire limité à l'urgence sanitaire
- La culture des communs et de la fabrication distribuée n'est pas dans le scope (formation, travail) de ces acteurs à ce jour
- Pas de vraie prospective sur les modèles économiques de ce modèle "résilient/distribué"
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : - Les réalisations effectuées avec succes pendant la crise permettent de prouver
- Des témoins existent dans les réseaux d'entreprises pour convaincre les pairs
- L'enjeu de nouveaux défis à venir (climat, santé...) mobilise
- L'économie doit se réinventer (elle "mange" une planète et demie par an)
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : - Tout enjeu de maîtrise des flux de matériaux et de production/consommation dans un objectif de résilience et furgalité amélioré
- Semble adaptable aux transports, nourriture (agro), textile (vetement), mobilier, et via le réemploi/mise à jour d'objets pour les objets qui sont produits en série
- Pose la question des échelles : locale/régionale/nationale/internationale
Nom de l'acteur : BDI - Bretagne Développement International
Auteur de la fiche : Hugues Aubin
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Groupe - Collectif
Ville : Cesson-Sevigne
Comment contacter cette initiative? : En contactant Axel Dubois, en charge de la plateforme pendant la crise, dirigeant de SLS. axel.dubois(chez)sls-france.fr.
Précisez des mots clef pour cette initiative : covid, catalogue, entreprises, usines, fabrication, production, sante
Partenaires associés : Région bretagne.
Bretagne Developpement Innovation.
CataloguesDeRessourcesMaterielleDesActeurs (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:46, mise à jour le 15.06.2020 à 15:14.

Création d'une plateforme d'e-learning

Description de cette initiative : Il s'agit de proposer des formats distanciels animés par des professionnels sur les volets : individus, équipes, organisation et écosystèmes à destination des particuliers, des collectivités et des entreprises.
Avec des format videos, webinar, ateliers d'intelligence collective et livres blancs
Déclinés par secteur d'activité
Avec de nouvelles approches pédagogiques axés sur le collaboratif, l'échange
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : La transformation passe par un changement de posture des individus pour ensuite venir impacter leur environnement (équipe, organisation, écosystème...).
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Faire évoluer les formations traditionnelles pour les rendre plus visuelles, collaboratives et expérimentales
Adopter des nouvelles postures et des nouvelles approches pour éviter les jeux de pouvoir qui paralysent les organisations et les individus.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : besoin de présence physique
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : crise sanitaire qui nous a pousser de créer les rencontres distantiels
Nom de l'acteur : Loïc Gourmelon avec le collectif Inztant : Anna Szeremeta, Tony Cois, Frederic Arnal, Brandon Chardin, Laurent Jarjoui
Auteur de la fiche : loic gourmelon
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Groupe - Collectif
Echelle d'action : National
Ville : Brest
Comment contacter cette initiative? : loicgourmelon@gmail.com
CreationDUnePlateformeDElarning (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:46, mise à jour le 15.06.2020 à 15:03.

Développement de formations collaboratives : exemple d'une transformation de séminaire pédagogique à l'IFPEK de Rennes

Description de cette initiative : Dans le monde de la santé, la coopération entre les professionnels de santé est une obligation pour concourir à la meilleure prise en charge des patients. Le système se tourne de plus en plus vers la prévention et vers l’exercice pluriprofessionnel coordonné. Nous avons une philosophie à l’IFPEK : si la collaboration dans les pratiques de santé est une obligation, il faut obligatoirement former les étudiants, jeunes professionnels, à la collaboration. Autrement dit, la collaboration ne peut pas se décréter à la sortie du diplôme si elle n’a pas été préparée pendant la formation.

Dans ce cadre nous avons concu des dispositifs de formation, où sans certains enseignements (comme la recherche), le cours magistral tend à disparaitre au profil de séminaires de travail, de travaux de groupe, de travaux réflexifs individuels. La période de confinement a accéléré cette transformation pédagogique (le CM classique de 2h n’étant plus adapté à la distance, ni à la demande actuelle des étudiants). Cette transformation vers plus de collaboration entre étudiants, engage aussi de faite les formateurs à travailler ensemble pour piloter ces dispositifs nouveaux (le formateur n’est plus seul à enseigner, on parle de co-enseignement). Ces dispositifs de formation collaboratifs sont pilotés par une équipe de formateur.rice.s, très sensibilisés à l’approche collective et aux méthodes pédagogiques dites actives.

Un texte repris de l'article de Yann Le Faou publié dans Innovation pédagogique
developpementdeformationscollaborativesex_ifpek.png
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Après un premier séminaire « méthodologie de l’entretien » en présentiel (la semaine d’avant le confinement), le second séminaire « méthodologie du questionnaire ». a été réalisé en distanciel sur 3 jours. En plus de l’espace de cours de Moodle, nous avons mis en place un espace de régulation (Framapad, synchrone et asynchrone) avec une permanence des formateurs 2h par demi-journée le temps du séminaire. Trois formateurs étaient présents pour la gestion du séminaire dans lequel étaient inscrits 220 étudiants. Pour s’assurer de la participation active des étudiants, nous avons programmé deux phases de dépôt de document (un lien avec un questionnaire web et une synthèse réflexive. Au vu de l’urgence sanitaire et de la distance, la consigne avait été donné de faire le travail en individuel, tout en laissant libre de se regrouper s’ils le souhaitaient. Finalement et au vu de l’évaluation des séminaires, les étudiants ont préféré à 90% travailler en groupe, malgré la distance.

Cette organisation collaborative renforce les pratiques effectives de coopération, vécues positivement tant du côté des étudiants que des enseignants :
"93%, les étudiants ont été convaincus de l’intérêt du travail collaboratif en interfilière." dans l'article précédemment cité
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Dans l'enseignement supérieur les compétences liées à la coopération sont assez peu mises en avant. Alors que dans le milieu de la santé, il existe des injonctions fortes à la collaboration entre professionnels de santé.
Des expérimentations comme celle-ci, imposées par la formation nécessairement à distance, sont à même de renforcer la place des pratiques collaboratives dans la formation.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Les cultures de formation des étudiants sont un frein au déploiement de tel dispositif : beaucoup d'étudiants rentrent par sélection (souvent très forte) dans les formations de santé, dans un état d'esprit un peu compétitif, mais cela tend à changer avec l'ouverture des numerus clausus en santé.
Nous observons tout de même une levée progressive de ce frein depuis un ou deux ans (disparition de cet effet "concours") avec une envie réelle des étudiants pour travailler en collaboration entre filières différentes.
Un autre frein existe aussi : celui du manque de connaissance des enseignants et formateurs sur les possibilités d'apprentissage offertes par un travail de groupe. Il est aussi souvent mis en avant un manque de formation aux outils de la formation à distance et au travail collaboratif. Ce manque de connaissance bloque l'accompagnement par les formateurs d'un tel dispositif.
Il existe aussi souvent une peur du formateur de perdre une part de son identité (la part lié à la transmission de connaissance) dans un dispositif où il n'est plus "visuellement" au centre de cette transmission (alors qu'il a tout conçu en amont de l'ouverture du séminaire).
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : Ce type de travail en séminaire de groupe à distance peut trouver sa place dans un contexte de travail plus formel : une résolution de problème dans un projet d'entreprise, dans une association.... dès qu'un problème posé demande une réflexion de groupe.
La mise à distance sur un temps long (quelques jours) permet le développement de la créativité sur le problème rencontré.
Cela permet aussi à plus de personnes de proposer un avis/une solution (chacun pouvant se connecter à des moments différents, en fonction de son organisation, de son pic de créativité....), Cela augmente le niveau de participation / consultation dans l'entreprise.
La production intellectuelle collective n'est plus contrainte par un temps (temps de réunion) et un lieu (salle de réunion).
Nom de l'acteur : IFPEK
Auteur de la fiche : Yann Le Faou
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Association
Echelle d'action : Groupe - Communauté
Ville : Rennes
Comment contacter cette initiative? : https://www.ifpek.org/
y.lefaou@ifpek.org
Précisez des mots clef pour cette initiative : enseignement supérieur, collaboration interprofessionnelle, étudiant
En complément : : lien vers la communication réalisée au Colloque Question de Pédagogie pour l'Enseignement Supérieur (QPES) en juin 2019 à Brest
Communication sur la question de formation à la collaboration : "Apprendre aux étudiants paramédicaux à collaborer : dynamique et continuum de pratiques collaboratives dans un dispositif de formation." Cette communication n'intégrait pas encore le notion de distance, mais posait les bases de la formation collaborative entre étudiants.
DeveloppementDeFormationsCollaborativesEx (Inspirations), écrite par WikiAdmin
créée le 10.06.2020 à 11:16, mise à jour le 11.06.2020 à 15:18.

Faire sortir le savoir des lieux institués

Description de cette initiative : Plusieurs initiatives autour d'autres manières de transmettre la connaissance : école en dehors des écoles, bibliothèque en dehors des bibliothèques, création de communauté virtuelle pour les espaces jeunes ou pour l'insertion/formation (tchat, webinaire, ENT....). La transmission de connaissance et l'apprentissage se déroulent alors dans d'autres espaces. Les espaces d'apprentissage et de socialisation classiques (écoles, universités, bibliothèque, lieux physiques, espaces jeune...) mutent. Ses espaces d'éducation et d'apprentissage se retrouvent dans des espaces sociaux différents (la rue, la famille, le virtuel...) dont on ne pensait pas qu'ils pouvaient devenir des espaces de transmission d'un savoir savant : la formation informelle, l'apprentissage par les pairs, la vulgarisation scientifique....La crise a permis la mise en avant de ces espaces vitaux comme espace d'apprentissage incontournable, car disparition de fait par le confinement des lieux de transmission institués.
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Ces initiatives Transforment la manière de voir la transmission de connaissance : un espace plus ouvert sur les communs et sur les collectifs (communauté d'apprentissage, communauté de besoin...) avec la mise en place de solidarité entre les personnes, indépendamment du contrôle des institutions. La logique des acteurs locaux a été au centre de ces ripostes créative, au dépend de la logique institutionnelle.
Ces espaces existaient avant, plus confidentiel, plus expérimental probablement, mais c'est la multiplicité et l'explosion de ces espaces qui en font une initiative intéressante pour l'avenir en post-crise.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Décentralisation de la transmission des savoirs, l'enseignant, le formateur, l'expert...n'est plus le seul dépositaire du savoir. La transmission du savoir savant se fait par d'autres canaux : l'apprenant, le citoyen, l'usager. Ces nouveaux moyens de transmettre le savoir met en avant la logique de l'archipel, au sens de Glissant (l'apprentissage par les pairs par exemple). "L'auto-organisation" des collectifs d'apprentissage, indépendamment des institutions, a permis d'aider les moins pourvus en capital culturel, social, éducatif, technique, économique...Ces initiatives sont de belles ripostes créatives dans le domaine de l'enseignement/formation, comme accès aux savoirs savants.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : La position de l'expert dans la transmission des savoirs qui se considère souvent comme le centralisateur et le médiateur d'un savoir. La question du pouvoir du dépositaire de l'information est au cœur de cette limites : l'information donne du pouvoir. Mais avec la facilité d'accès à l'information, à la connaissance (internet, moteur de recherche, outils numérique...), l'expert ne se trouve plus au centre de la transmission, il faut alors accepter de perdre le pouvoir de la transmission (changement de posture).
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : Les publics (élèves, étudiants, apprenants) et les usagers de ces réseaux d'apprentissage demandent de mettre un peu d'hybride dans les modalités d'apprentissage d'avant, car ces "nouvelles" modalités permettent de faciliter l'accès aux savoirs : ouverture de la transmission, désynchronisation des temps de transmission et des temps d'apprentissage...C'est bien l'image de l'ouverture de la connaissance très chère à Edgar Morin et le mouvement des universités populaires.
Nom de l'acteur : Synthèse de plusieurs fiches initiative / inspiration dans le domaine de l'enseignement, l'éducation, la formation
Auteur de la fiche : Yann Le faou
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Groupe - Collectif
Précisez des mots clef pour cette initiative : Transformation pédagogique, communauté de pratique, solidarité, décentralisation
FaireSortirLeSavoirDesLieuxInstitues (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:45, mise à jour le 17.06.2020 à 08:58.

L'usine invisible, auto organisation autour de la fabrication de masques

Description de cette initiative : Une initiative de production de masques distribuée, décentralisée, sécurisée et contrôlée sur les territoires bretons.
Un système basé sur des couturières pro et amateures, lui aussi rémunéré, mais à la pièce, ce qui permet à chacune de moduler son rythme en fonction de sa disponibilité et de son "rendement".

dans l'à propos : L'Usine Invisible, c'est un outil de production innovant et puissant pour organiser et coordonner la fabrication urgente et sécurisée de milliers de masques barrières homologués, à partir de ressources locales et à l'échelle d'un territoire.
lusineinvisibleautoorganisationautourde_usine-invisible.jpg
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : C'est une démonstration en actes de la capacité d'auto organisation de personnes pour répondre à un besoin essentiel : la fabrication de masques en temps de crise et de la capacité d'un collectif à mobiliser localement élus, associations d'élus, représentants de l'état, citoyens...
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Elle se développe en contrepoint d'une carence de l'état et de son incapacité à encourager, animer un réseau de bénévoles prêt à aider à faire face.
Elle invite l'état et les services publics à un changement de posture, en passant du contrôle à de la co-construction de réponses sappuyant sur le pouvoir d'agir.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Dés le pic de la crise passée, cette implication de couturières en réseau est laissée de côté alors qu'elle révèle un potentiel de pouvoir d'agir.
Quelles suites y donner ? Comment les acteurs du développement économique telles la région et les collectivités peuvent accompagner ces initiatives comme elles le font pour l'ESS ? comment poursuivre cette collaboration/coopération ? sur quel(s) objet(s) ?
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : le relais notamment d'associations d'élus pour aider la coopérative - D'autres réseaux de makers (visières, respirateurs..) voir la fiche Open santé d'Hugues Aubin :
Validation légale et fabrication/distribution d'objets solidaires et médicaux contre le coronavirus avec les CHU durant la crise
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : le format de coopérative éphémère portée par la CRIC (Coopérative Régionale d'Education à l'Entrepreneuriat Collectif
Portage et Développement des projets à l'échelle de la Bretagne) et les valeurs de l'ESS
Nom de l'acteur : Usine invisible
Auteur de la fiche : Michel Briand - ME GY le 15.06.2020
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Groupe - Collectif
Echelle d'action : Région
Ville : Auray
Comment contacter cette initiative? : lusineinvisible@gmail.com
Précisez des mots clef pour cette initiative : couturières masques collectif
En complément : : Voir aussi à Brest : [[saluthttp://salutlesbobines.blogspot.com Salut les bobines]]
LUsineInvisibleAutoOrganisationAutourDe (Inspirations)
créée le 10.06.2020 à 10:12, mise à jour le 15.06.2020 à 14:48.

Livraison d'ordinateurs et hotline d'entraide numérique à Rennes pendant la crise du coronavirus

Description de cette initiative : Pendant la crise du coronavirus la Direction de l'Education de la Ville de Rennes, la Direction des Aides à la Population, le rectorat, ont mis en place un système d'urgence évolutif pour entrer en contact avec des familles sans ordinateurs afin de permettre une continuité éducative.

Cette initiative a du dépasser de très nombreuses contraintes (communication, preparation, desinfection, livraison, hotlines techniques et pédagogiques) et a débouché sur d'autres initiatives.
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Cette initiative a obligé à croiser et intégrer au vol différentes réponses dans le cadre d'unprojet de e-inclusion.
En découle notamment un système de hotline aujourd'hui proposé aux publics bénéficiaires de minima sociaux.

De grands besoins sont apparus. Il serait positif de se questionner sur une mise à l'échelle sur toute une population de ces processus.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : L'inégalité et le non recours aux droits sont paradoxalement amplifiés par le numérique pour de nombreuses personnes.
L'avant non désirable est notamment la sectorisation en silo de réponses adressant les publics concernés : certains traitent la carence matériels, d'autres le réseau, d'autres l'aide aux démarches, d'autres la prise en main technique, d'autres l'animation etc.
L'idée serait de réussir à intégrer ces projets et pousser dans le temps et dans l'espace ce type de démarche.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : - Les limites en terme de moyens : combien d'ordinateurs et de médiateurs pour mettre combien de gens (s'ils le souhaitent) en capacité ?
- L'outillage méthodologique (on compose en vol en temps de crise, mais les méthodes doivent être travaillées et partagées collectivement pour permettre une durée et des itérations)
- le périmètre (institutionnel, mais pourquoi pas communautaire demain) ?
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : - La fierté des protagonistes qui ont aidés les autres
- Le décloisement des acteurs impliqués
- Les témoignages d'usagers
- Le contexte assez catastrophique de la perception des français sur le croisement numérique/administration/recours aux droits.
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : - Tout contexte dans lequel on a des problèmes d'exclusion et des modes hybrides d'échange liés à des soucis de mobilité (Handicap par exemple, EHPADs...)
- En cas de catastrophe majeure et d'abscence de matériel là où il faut
- Partout en complément des dispositifs à hybrider dans le cadre de l'e-inclusion.
Nom de l'acteur : Ville de Rennes, CD35, Education Nationale
Auteur de la fiche : Hugues Aubin
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Commune
Echelle d'action : Commune
Ville : Rennes
Comment contacter cette initiative? : Caroline Soquet, DIAP/CCAS, Ville de Rennes. c.soquet(chez)ccasrennes.fr
Précisez des mots clef pour cette initiative : Solidarite, numérique, ordinateurs, hotline, inclusion,education, social
Partenaires associés : Education nationale, Département 35.
En complément : : Documentation en préparation par Hugues Aubin : h.aubin(chez)rennesmetropole.fr
LivraisonDOrdinateursEtHotlineDEntraideN (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 15:00, mise à jour le 15.06.2020 à 15:04.

OPEN SANTE: Validation légale et fabrication/distribution d'objets solidaires et médicaux contre le coronavirus avec les CHU durant la crise

Description de cette initiative : Au mois de mars 2020, en cœur de crise du coronavirus, un dispositif original et inédit s’est mis en place dans le monde et en particulier en France, pour inventer un système ouvert permettant d’équiper le plus rapidement possible les hôpitaux d’objets et de dispositifs médicaux. Il permet de croiser besoins, invention, libération des solutions, tri en fonction de la fabricabilité, certification médicale et diffusion de chaque objet dans une galerie sur internet. Ces objets, souvent imprimables en 3D, sont accompagnés de fiches d’allégations et adressent quatre catégories d’acteurs coordonnés pour leur fabrication rapide :

  • Les bénévoles disposant de matériel
  • Les fablabs
  • Les petites et moyennes entreprises
  • Les industriels

Ces objets sont proposés dans le bien commun de l’humanité au travers de licences CERN open hardware, ce qui permet leur re-fabrication bénévole et la refabrication SUR PLACE par les 4 catégories d’acteurs ci-dessus au plus près des hôpitaux, des services et commerces essentiels, ou de la population.Les dispositifs médicaux ont fait l’objet de validation scientifiques et médicales permettant de les autoriser légalement durant la crise, dans les Centres Hospitaliers Universitaires, dont le plus important acteur est l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui a installé la première ferme d’imprimantes 3D à Paris dans un hôpital pendant la crise.Ces objets sont proposés dans le bien commun de l’humanité au travers de licences CERN open hardware, ce qui permet leur re-fabrication bénévole et la refabrication SUR PLACE par les 4 catégories d’acteurs ci-dessus au plus près des hôpitaux, des services et commerces essentiels, ou de la population.Les dispositifs médicaux ont fait l’objet de validation scientifiques et médicales permettant de les autoriser légalement durant la crise, dans les Centres Hospitaliers Universitaires, dont le plus important acteur est l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui a installé la première ferme d’imprimantes 3D à Paris dans un hôpital pendant la crise.
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : L’open Santé transforme la rareté (designs et objets) en abondance et libère leur fabrication légale notamment dans les pays du sud.

Elle s’inspire des dispositifs dérogatoires utilisés durant la crise du coronavirus pour en faire des processus adaptés à l’invention et la fabrication permanente de nombreuses solutions (hygiène, dépistage, protection, traitement…).

L’enjeu est tout bonnement énorme. Par exemple aujourd’hui pour une prothèse le prix de l’amortissement de la recherche et développement et de la certification peut aller jusqu’à 80% du prix final… sans forcément de réparabilité locale.

Ici on partage ce qui est conçu, mis dans le bien commun de l’humanité sur internet. La conception, la validation et la fabrication sont directement distribuées.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : A ce jour les objets de soin et de santé sont validés dans des processus de contrôle uniquement basés sur la protection de l'exclusivité des acteurs dans le cadre d'autorisation de mise sur le marché.

L'open santé cherche à libérer des milliers de solutions refabricables et améliorables localement tout en permettant aux acteurs du partage et de la solidarité de travailler avec les protagonistes de la santé.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : A la fin de l'état d'urgence sanitaire en France (octobre 2020), tous les systèmes de validation locale par des CHU, de dispositifs de soin partagés sous licence ouverte (plans, code) ayant valeur légale prendront fin. Le nombre et l'accessibilité des solutions reviendra dans un écosystème basé sur l'avant-crise alors qu'un million d'objets solidaires ont été disséminés en France en 2020...
Le frein est législatif et politique : faire de l'open santé un vrai sujet pour ne pas revenir uniquement sur les dispositifs d'aménagement de la rareté et de l'exclusivité de solutions.
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : Les acteurs du soin, les CHU et l'Assistance publique des Hôpitaux de Paris qui ont validé en urgence et de manière légale de nombreux objets sans brevets et sont satisfaits de cette expérience unique. Les fablabs français qui ont réalisé les prototypes et fourni du matériel à ces hôpitaux. Les acteurs internationaux qui visent une propagation rapide et planétaire de solutions de santé, notamment les associations de solidarité nord sud et les fablabs des paus du sud. La preuve de concept opérée en urgence avec la fabrication distribuée et solidaire de plus d'un million d'objets en France pendant la crise.
Nom de l'acteur : Réseau Français des Fablabs
Auteur de la fiche : Hugues Aubin
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Association
Echelle d'action : National
Ville : Caen, Brest, Paris, Mulhouse, Grenoble, Toulouse
Comment contacter cette initiative? : Contact : Hugues Aubin - VP Rfflabs hugues.aubin@fablab.fr
Lien Web si existant : http://makersnordsud.org/open-sante/
Précisez des mots clef pour cette initiative : coronavirus, fablabs, makers, sante, open-sante, fabrication distribuée, open-source, hôpitaux, solidarité, soin
Partenaires associés : AP-HP, CHU en régions, JOGL, groupes facebooks visieres solidaires, makers contre covid, covid 3d, réseau français des fablabs, et le réseau des fablabs d'afrique francophone pour le projet de déploiement en Afrique de l'Ouest.
En complément : :
OpenSanteValidationLegaleEtFabricationDi (Inspirations)
créée le 09.06.2020 à 10:39, mise à jour le 09.06.2020 à 11:03.

Proposer des temps de pratique artistique via ZOOM et organiser des temps festifs sur le territoire préparés par ce biais

Description de cette initiative : Des ateliers pratique artistique sont accessibles depuis le début du confinement en particulier dans le domaine de la danse.
Ils permettent à des personnes très éloignées parfois et isolées de suivre l'enseignement d'une personnalité qu'il leur aurait été impossible ou en tout cas difficile de rencontrer du fait des contraintes géographiques sans avoir à se déplacer.
Cela crée des communautés apprenantes à l'échelle locale, régionale, nationale ou même internationale.
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : La pratique artistique est un levier de bien être et d'amélioration de la qualité de vie de l'individu dans son quotidien
Les artistes ont développé des spécificités qui restaient "réservés à quelques élus", cette formule permet d'élargir les publics touchés et de les rapprocher des artistes
Cette initiative réduit les coûts et facilite l'accès à des pratiques d'une grande qualité sans générer les pollutions liés aux déplacements
Cela est une source de rencontre et de connexion entre individus issus parfois de continent différents
Les artistes ont pu poursuivre leur transmission et garder une source de revenu par ce biais
La décision de certaines structures qui ont décidé d'offrir cette formule et la grande disponibilité des personnes à domicile
Cela permet d'organiser ensuite un rassemblement en présentiel pour fédérer les participants et créer une initiative commune en partie préparée à distance ou de générer des initiatives sur tout un territoire par des manifestations multiples, croiser des publics divers
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Décloisonner "les chapelles" , faciliter la découverte et la pratique de certaines approches qui avant ne passaient que par la participation à un stage sous réserve d'avoir sur son territoire un professionnel apte à l'enseigner et d'avoir les moyens en temps et en argent d'invertir sur un stage
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : La limite est évidemment le fait que rien ne remplace l'experientiel, le vécu d'un cours en face à face. il s'agit donc de créer une action complémentaire.
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : L'habitude qui a pris corps lors du confinement
L'élargissement des publics permet aussi à certains enseignants de proposer un tarif libre puisque le nombre de participants est plus importante que dans une activité en présentiel
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : Oui à toutes initiatives qui permettent de rapprocher les publics et les pratiques grâce à l'outil numérique
Auteur de la fiche : Sylvie Paulmier
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Association
Echelle d'action : National
Comment contacter cette initiative? : Exemple: L'école des sables au Sénégal, Micadance à paris, Danse des 5 rythmes, gaga danse, Danse du sensible
Précisez des mots clef pour cette initiative : pratique artistique, quotidien, communautés inspirées
Partenaires associés : Systèmes de paiement en ligne
ProposerDesTempsDePratiqueArtistiqueViaZ (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 15:05, mise à jour le 15.06.2020 à 15:24.

Référents par immeuble à Kerourien : De la solidarité dans chaque entrée

Description de cette initiative : Un réseau de référent par immeuble initié à Kerourien et qui diffuse dans d'autres quartiers

Chaque référent volontaire est un veilleur - comme le faisait autrefois les concierges- et à l’écoute des voisins. Son nom et prénom doit être visible et mis sur l’affiche : prenez soin de vos voisins qui est posée dans tous les halls d’immeuble.

Il est le relais d’informations, de remontées d’éventuelles difficultés de ses voisins afin de mieux accompagner tous les habitants. Il veille à ce que l’affiche référent avec son nom soit toujours dans l’entrée et correctement affichée, écoute, entend et remonte l’information auprès des professionnels concernés si besoin.
Il affiche, met les informations dans l’entrée de son immeuble, et choisit sa façon d’entrer en relation avec ses voisins ( mots dans les boîtes aux lettres, porte à porte...). Bienveillance, écoute et respect sont des qualités
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Dans l'après, il paraît important que le quotidien soit plus émaillé d'écoute, de solidarité, de partage.
L'engagement de ces référents pour aider leurs voisins, être les relais d'information et accompagner les citoyens vers des professionnels laisse penser que le mot solidarité, entraide et partage a encore droit de citer dans le quartier.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? :
  • Le quartier de Kerourien est complexe sur plusieurs points : les citoyens qui y vivent aiment leur quartier et y sont attachés mais celui-ci est gangrené par des trafics omniprésents et à ciel ouvert.
Sur ce quartier prioritaire, quelques habitants bien engagés et investis mais trop peu et le conseil citoyen est fiable voire inexistant. Certains citoyens se sont désengagés peu à peu face à la complexité du montage conseil de quartier, conseil citoyen....et le nombre de réunions sans savoir où ils allaient.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Quelques référents qui se désengagent, certains qui prennent trop de place, et encore la peur des représailles. La place prise par quelques jeunes qui ont pris, étendu leur place durant le confinement.
La vie reprend peu à peu et certains citoyens sont à nouveau repris par le rythme de vie d'avant.
Certains professionnels qui pensent que c'est leur travail et qui ne veulent pas s'y investir.
Des envies de faire et d'agir collectivement et dès qu'un référent ne le veut pas ou ne veut plus, la dynamique retombe.
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : Relation de confiance établie avec les référents qui même s'ils ne sont pas visibles et ne veulent pas dire qu'ils continuent officiellement le font encore et remontent les informations et rendent les habitants acteurs en leur donnant quelques clés pour avancer.
Envie de certains de changer le quartier et de créer des jardins au pied d'immeubles, d'animer le quartier, de réfléchir sur leur alimentation ...
Projet qui est connu, partagé et reconnu par plusieurs partenaires
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : Place des conseils citoyens au sein des quartiers politiques de la ville
Réflexion sur les associations citoyennes et leur légitimité à être écoutées, entendues
Budget participatif et pouvoir d'agir des habitants
Terrain d'expérimentation d'un quartier plus vert, plus solidaire et repensé collectivement ?
Envie d'avoir une parcelle de type jardins familiaux auparavant
Nom de l'acteur : Collectif de référents
Auteur de la fiche : Régine Roué
Echelle d'action : Quartier
Ville : Brest
Partenaires associés : Centre social Couleur Quartier, GPAS, ICEO
ReferentsParImmeubleAKerourienDeLaSoli2 (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:39, mise à jour le 15.06.2020 à 15:01.

Susciter et accompagner les transitions, Synergies entre le territoire, les entreprises et l’enseignement supérieur

Description de cette initiative : Le collectif Inztant s’est crée le lendemain du 16 mars (Annonce du Président "Nous sommes en guerre”) après une formation dispensée à une école d’ingénieur à Brest sur le thème (“Building a shared Vision”) “Construire une vision partagée” dans le monde d’aujourd’hui. Le collectif Inztant est convaincu que notre façon de penser l’entreprise et le management ne correspond plus à notre temps ni à nos attentes. Même ouvertes sur l’idée des transitions, en particulier managériales, les organisations disposent de peu d’outils/de temps pour réaliser ces transformations, car l’urgent prend trop souvent le pas sur l’important.
Ce collectif organise par ailleurs des “moments” pour échanger ensemble sur nos questionnements, notre envie d’avancer et de redonner du sens à nos actions. En tant qu’individu, nous sommes tout le temps en mouvement vers un avenir espéré meilleur. Nous essayons tous de relever des défis, professionnels ou personnels, de retirer les cailloux dans nos chaussures, qui nous empêchent d’avancer au bon rythme. Au travers de cercles de coaching, d’accompagnements des entreprises du territoire et de meetups, nous imaginons des pistes de solutions, comme des invitations à expérimenter grâce à la richesse de nos différents points de vues, de différentes techniques de facilitations et d'accompagnement au changement éprouvés pour relever les défis actuels ensemble.
Ce collectif est aussi présent dans l’enseignement supérieur du territoire pour mettre au service des entreprises locales, l’intelligence collective, la créativité et l’engagement des étudiants et pour accélérer les transitions à venir qu’elles soient économiques, environnementales, sociales ou sociétales.
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Accompagnement et facilitation d’ateliers à distance via l’utilisation des outils numériques collaboratifs en intelligence collective. Ex d’ateliers : management visuel, Business Model Nouvelle Génération, BrainStorming? ...
Nous avons relevé un fort engagement des participants (étudiants, professionnels, individus) qui veulent expérimenter, apprendre et se lancer dans des transitions qu’elles soient individuelles ou collectives.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : L'idée est de créer les ponts / synergie entre les entreprises dites traditionnelles / familiales et les nouvelles générations de personnes actives qui sont plus attirées à s'engager dans les structures plus agiles, vivantes sur des initiatives / projets porteur du sens.
Nous sommes nombreux à sentir que notre façon de penser l’entreprise et le management ne correspond plus à notre temps ni à nos attentes. C’est le moment pour inventer une tout autre façon de fonctionner, un autre modèle d’organisation, porteur de sens, où nous serions libres d’exprimer pleinement notre potentiel.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Les entreprises sont soumises à une rude pression et l'opérationnel freine le traitement de vrais défis actuels liés aux transitions économiques, sociales, sociétales ou environnementales.
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : Les entreprises sont en recherche davantage d'engagement de leur collaborateurs, de performance au sens globale et recherchent une pérennité de leurs activités sur le long terme.
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : Transitions RSE, Développement personnel
Nom de l'acteur : Loïc Gourmelon avec le collectif Inztant : Anna Szeremeta, Tony Cois, Frederic Arnal, Brandon Chardin, Laurent Jarjoui
Auteur de la fiche : Loïc Gourmelon
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Groupe - Collectif
Echelle d'action : National
Ville : Brest
SusciterEtAccompagnerLesTransitionsSynerg (Inspirations)
créée le 12.06.2020 à 11:30, mise à jour le 14.06.2020 à 11:59.

Tiers Lien - refondation de dialogues citoyens pour un monde qui change

Description de cette initiative : Il s'agit d'une initiative "META", accompagnement d'un (éventuel) changement de paradigme : travailler sur la qualité des liens interpersonnels, dans les organisations (entreprises, collectivités), à la périphérie des organisations (écosystèmes, relations parties prenantes) ou la société dans son ensemble, en promouvant la pratique de "cercles" d'écoute et de partage, susceptibles de générer à la fois des prises de conscience (par ex de la limite des idées toutes faites), de nouvelles solidarités, et des envies d'agir
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Le cercle de ce matin 15/06 concluait sur le besoin de changement de la perception des impératifs humains vs économiques, la nécessité de créer des liens cassant le cloisonnement social et économique observé de façon plus flagrante pendant la crise.
Il s'agit donc de travailler le niveau sous-jacent de conscience des acteurs pour "remonter" ensuite vers les intentions et structures, au lieu de partir de situations-problèmes à résoudre. Chaque participant porte sa situation et l'explore avec l'aide / le support du cercle.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Je nomme souvent l'avant non désirable "la concurrence des égoïsmes", non pas comme une fatalité psychologique, mais en grande partie comme un construit éducatif et social.
La vision du Tiers Lien est forcément à long terme, car c'est un "effet de seuil" est nécessaire pour faire basculer une culture collective vers la valorisation de l'écoute et de l'empathie. Dans le champ "grand public", objectif 2 millions de "côtoyens" dans 20 ans.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Sur le fond, pas de frein structurel, sauf peut-être la nécessité pour le porteur du projet d'avoir assez de ressources pour faire vivre le projet, du temps pour proposer les premières expérimentations locales sur Rennes et en Bretagne (possibles à distance).
En pratique, besoin de déployer une stratégie de communication pour trouver les "alliés", co-créateurs pouvant expérimenter / dupliquer
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : Le Tiers Lien est en phase avec de nombreux mouvements, initiatives et "manifestes" qui ont fait ou refait surface à l'occasion de la crise sanitaire. Au niveau national et international. Au niveau international il fait partie des projets initiés dans le cadre du u.lab 2x du presencing institute, très soutenant sur le fond, et très structurant sur la forme et l'outillage pratique et conceptuel (cercles de solidarité sociale, théâtre de présence sociale...). Au niveau national, dans les entreprises beaucoup d'initiatives visibles autour d'un management éclairé, d'entreprises responsables sans langue de bois....
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : Proposition à caractère très générique, transposable partout où un "facilitateur" potentiel identifie des cloisons et où l'un des acteurs peut "sponsoriser" l'expérimentation d'un cercle. Certaines personnes m'ont dit avoir l'intention d'expérimenter avec leurs voisins.
Nom de l'acteur : Structure informelle Tiers Lien
Auteur de la fiche : Thierry MERLE
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Individu - Particulier
Echelle d'action : Groupe - Communauté
Ville : RENNES
Comment contacter cette initiative? : Mail : majordome@tierslien.com
Lien Web si existant : http://tierslien.com
Précisez des mots clef pour cette initiative : communication, transformation, empathie, solidarité, écoute, cercles, humanisme, conscience, interdépendance
Partenaires associés : Open bar, c'est ouvert.
En complément : : Vois aussi la présentation sur http://www.bretagne-creative.net/article15434.html
TiersLienRefondationDeDialoguesCitoyens (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 14:34, mise à jour le 15.06.2020 à 15:15.

Tiers apprenants

Description de cette initiative : A partir du partage d'expérience, par exemple sur le coworking, le télétravail, le moyen de trouver un équilibre entre vie privée et vie publique, alors, on peut se doter, collectivement d'initiatives, de repères pour faire "bouger les lignes" dans les institutions, ou les organismes professionnels, afin d'imaginer un monde d'après, qui allie bienêtre au travail, dans une formule innovante, et qui ne soit pas imposée! Mais bien le fruit d'une recherche partagée d'équilibre, pour un max de pérénité et de respect de chacun!
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Les modèles vont ou devraient changer.
Il appartient à chacun de s'en saisir, quelque soit notre statut, grade, niveau social, etc...
Alors, réfléchissons ensemble
1ère marche= s'inspirer du retour d'expérience de ces dernières semaines, notamment, pour partager sur ce qu'il y avait de bien, et ce que l'on ne veut pas garder!
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? : Faire en sorte que le changement de paradigme, le clivage avec la génération Y etc... créer une distorsion positive, donc localement, les personne en activité (quelqu'elle soit) puisse se saisir , grâce à l'appui des réseaux de tiers lieux par exemple!
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Faire connaître, trouver le temps, structurer et faire passer les messages?
Organiser une étape.
1ere initiative organisée dans le cadre de Risposte créative, me semble-t-il!? :)
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : L'existence de lieux qui offre des solutions de télétravail et coworking,
le fait que la visioconf est devenu un outil accepté et maîtrisé par tous (ou presque)
La volonté des personnes qui ont expérimenté de partager, et de voir évoluer les modalités de travail présentiel-distanciel: vers le phygital!
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : numérique
inclusion
changement sociaux et environnementaux
innovation sociale
développement des smart villages
etc...
Nom de l'acteur : Proposition dans le cadre de GT de mise en réseaux des espaces de coworking?/ @ La Sphère Landivisiau (29) à proposer, sous réserve d'accord
Auteur de la fiche : Véronique LEMONON
Type d'acteurs qui propose cette initiative : Administration ou Opérateurs
Echelle d'action : Intercommunalité
Ville : MORLAIX
Comment contacter cette initiative? : veronique.lemonon@paysdemorlaix.com
Précisez des mots clef pour cette initiative : télétravail coworking equilibre vie privée pro; nouveaux modèles; concilier bien-être et pratiques du quotidien
Partenaires associés : tiers lieux, association Les Tisserands? à creuser
En complément : : 1ère idée de piste de travail dans la perspective de la mise en réseau des tiers lieux sur le Pays de Morlaix
TiersApprenants (Inspirations)
créée le 15.06.2020 à 15:15, mise à jour le 15.06.2020 à 15:15.