Référents par immeuble à Kerourien : De la solidarité dans chaque entrée

Description de cette initiative : Un réseau de référent par immeuble initié à Kerourien et qui diffuse dans d'autres quartiers

Chaque référent volontaire est un veilleur - comme le faisait autrefois les concierges- et à l’écoute des voisins. Son nom et prénom doit être visible et mis sur l’affiche : prenez soin de vos voisins qui est posée dans tous les halls d’immeuble.

Il est le relais d’informations, de remontées d’éventuelles difficultés de ses voisins afin de mieux accompagner tous les habitants. Il veille à ce que l’affiche référent avec son nom soit toujours dans l’entrée et correctement affichée, écoute, entend et remonte l’information auprès des professionnels concernés si besoin.
Il affiche, met les informations dans l’entrée de son immeuble, et choisit sa façon d’entrer en relation avec ses voisins ( mots dans les boîtes aux lettres, porte à porte...). Bienveillance, écoute et respect sont des qualités
En quoi cette initiative vous parait positive pour "l'après" ? : Dans l'après, il paraît important que le quotidien soit plus émaillé d'écoute, de solidarité, de partage.
L'engagement de ces référents pour aider leurs voisins, être les relais d'information et accompagner les citoyens vers des professionnels laisse penser que le mot solidarité, entraide et partage a encore droit de citer dans le quartier.
En quoi contribue-t-elle à faire cesser un "avant" non désirable ? :
  • Le quartier de Kerourien est complexe sur plusieurs points : les citoyens qui y vivent aiment leur quartier et y sont attachés mais celui-ci est gangrené par des trafics omniprésents et à ciel ouvert.
Sur ce quartier prioritaire, quelques habitants bien engagés et investis mais trop peu et le conseil citoyen est fiable voire inexistant. Certains citoyens se sont désengagés peu à peu face à la complexité du montage conseil de quartier, conseil citoyen....et le nombre de réunions sans savoir où ils allaient.
Quelles sont les limites de cette initiative, qu'est ce qui la freine aujourd'hui ? : Quelques référents qui se désengagent, certains qui prennent trop de place, et encore la peur des représailles. La place prise par quelques jeunes qui ont pris, étendu leur place durant le confinement.
La vie reprend peu à peu et certains citoyens sont à nouveau repris par le rythme de vie d'avant.
Certains professionnels qui pensent que c'est leur travail et qui ne veulent pas s'y investir.
Des envies de faire et d'agir collectivement et dès qu'un référent ne le veut pas ou ne veut plus, la dynamique retombe.
Quels sont les leviers, les choses qui facilitent cette initiative aujourd'hui ? : Relation de confiance établie avec les référents qui même s'ils ne sont pas visibles et ne veulent pas dire qu'ils continuent officiellement le font encore et remontent les informations et rendent les habitants acteurs en leur donnant quelques clés pour avancer.
Envie de certains de changer le quartier et de créer des jardins au pied d'immeubles, d'animer le quartier, de réfléchir sur leur alimentation ...
Projet qui est connu, partagé et reconnu par plusieurs partenaires
Vous semble-t-elle adaptée à d'autres contextes/acteurs/thématiques ? Lesquels (exemples)? : Place des conseils citoyens au sein des quartiers politiques de la ville
Réflexion sur les associations citoyennes et leur légitimité à être écoutées, entendues
Budget participatif et pouvoir d'agir des habitants
Terrain d'expérimentation d'un quartier plus vert, plus solidaire et repensé collectivement ?
Envie d'avoir une parcelle de type jardins familiaux auparavant
Nom de l'acteur : Collectif de référents
Auteur de la fiche : Régine Roué
Echelle d'action : Quartier
Ville : Brest
Partenaires associés : Centre social Couleur Quartier, GPAS, ICEO