>""<br

Résilience


Pour faire face aux crises qui s’enchainent , il est nécessaire de préparer l’après, d’apprendre à faire société en solidarité et en coopération.
Une gare d'aiguillage autour des de la résilience, des transitions et de l'éducation, la formation tout au long de la vie en Bretagne
  • pour l'interconnexion des projets, des personnes des groupes
  • un espace de mutualisation des ressources,
  • un donner à voir en attention aux initiatives
dans un esprit de coopération ouverte.

Bretagne Créative

Après un pépiniériste, des grimpeurs d'arbres et un paysagiste, c'est au tour d'une ethnobotaniste de nous livrer son regard sur l'arbre. Dans le pays de Redon, Claire Bonnet nous explique l'importance de l'étude des végétaux dans la compréhension d'une société. Cette passionnée des plantes partage son temps entre son travail d'écriture et ses activités de formation, à la fois sur le terrain et à l'Ecole des Plantes de Paris.

arbres Mce expo-arbres-claire-bonnet

L'article L'arbre, une clé pour comprendre l'histoire des sociétés est apparu en premier sur Mce.

Une civilisation du chêne

Claire illustre à merveille les enseignements de l'ethnobotanique en nous contant l'importance du chêne dans notre société. Sans lui, difficile d'imaginer à quoi ressemblerait notre civilisation. En effet, cette essence, abondamment présente en France et en Bretagne en particulier, est robuste et solide. Son bois était le matériau de base de nos bateaux, charpentes, cathédrales… Pour n'évoquer que l'aspect matériel.

Ce que les arbres nous murmurent

La spécialiste nous livre un exemple très concret de la dégradation du rapport homme-nature : jusqu'à la Renaissance, la plupart des maisons en Occident étaient en bois. Mais les matériaux ont peu à peu été remplacés par la pierre. Et ce basculement, qui peut sembler anecdotique, est en réalité très révélateur : c'est tout un esprit qui se perd.

La composition du bois est proche de celle de l'homme : comme nous il vit, meurt, brûle… Plus nous avançons dans l'histoire, plus nous construisons nos maisons avec des matériaux qui ne nous ressemblent pas. Selon Claire, qui définit les arbres comme des « compagnons », nous perdons aussi beaucoup en terme d'esthétique. Les arbres, et les arbres remarquables en particulier, sont indispensables à notre équilibre psychique et notre imaginaire. Comme les ancêtres qui racontent leurs histoires, ces vénérables nous parlent aussi de nos origines.

-Site de Claire Bonnet

Bientôt une nouvelle exposition sur les arbre remarquables en Ille-et-Vilaine

Si la situation sanitaire le permet, nous vous donnons rendez-vous, dans quelques semaines, dans les locaux de la Mce, pour découvrir la nouvelle exposition sur les arbres remarquables d'Ille-et-Vilaine. Et en attendant, on vous laisse à la contemplation des arbres qui vous entourent !

-Lire l'article sur Arnaud Fourrier

- Lire l'article sur l'association Là-Haut->https://www.mce-info.org/arbre-emancipateur-association-la-haut/]

-Lire l'article sur le Parc botanique de Haute-Bretagne

- Voir aussi la Page Découvrir la nature et l'inventaire des arbres remarquables en Bretagne (à venir)


Accéder à l'intégralité du contenu

ans le cadre d'un cycle de visites sur la biodiversité destiné aux décideur·se·s (élu·e·s, préfet·te·s, directeur·trice·s généraux des services, chef·fe·s d'entreprises, directeur·trice·s de laboratoires de recherche, magistrat·e.s, responsables d'organisations professionnelles…), l'Agence Bretonne de la Biodiversité, en partenariat avec BRUDED, organise une rencontre / visite.

un articlerepris du magazine Bruded, une publication sous licence CC by sa

Tous les jours dans les médias ou dans vos réunions, vous entendez parler de l'environnement, du climat, des transitions, d'aménagement durable du territoire, des espaces et des espèces à protéger. Nous vous proposons un temps de qualité avec un petit groupe de décideur·se·s breton·ne·s pour décrypter les enjeux de ces sujets de société. Pour ce rendez-vous, nous avons choisi cette thématique en prenant l'exemple de la ville de Saint Lunaire.

Agence bretonne de la biodiversité

Urbanisme, démarches participatives et biodiversité à Saint-Lunaire (35) Centre Culturel Jean Rochefort 26 mars 2021 de 9h à 12h30

La biodiversité est ainsi devenue un enjeu prioritaire qui est pris en compte dans la politique d'urbanisme de la ville ; elle crée du lien entre les habitants et c'est un facteur d'attractivité et de notoriété pour la commune

Michel Penhouët, maire

Saint-Lunaire, cité balnéaire de 2 400 habitants, considère la biodiversité comme un facteur d'intérêt général et d'attractivité. Depuis 2009, la collectivité s'est engagée dans la mise en œuvre de multiples actions sur le terrain qui donnent déjà des résultats très positifs : charte de la biodiversité, charte d'accompagnement du vivant, atlas de la biodiversité communale, label « Ville Nature » 3 libellules, meilleure petite ville pour le biodiversité en 2019, intégration de la trame verte et bleue dans le Plan local d'urbanisme, démarches ‘jardins-biodiversité' ou ‘avis de recherche'… Des résultats très significatifs ont été enregistrés, ce qui en fait un territoire référence reconnu. Vincent Bouche, adjoint à l'environnement et Emmanuel Cibert, chargé de mission urbanisme et développement durable portent ces actions qui s'appuient sur des démarches participatives très fortes. Celles-ci impliquent et fédèrent les habitants autour des questions de la biodiversité locale grâce à des campagnes importantes de communication, de pédagogie et de sensibilisation. La commune essaime au-delà de son territoire en incitant de nombreux acteurs, associations, habitants, entreprises à intégrer la biodiversité dans leurs pratiques.

Programme de la rencontre – visite

Interventions d'experts, temps de partage, et échanges sur le terrain

- 9h : accueil

- 9h30-11h : Interventions

Présentation de la démarche « biodiversité » de la commune, meilleure petite ville pour la biodiversité/label 3 libellules, démarche participative, atlas, actions concrètes, intégration dans le PLU…

  • Vincent Bouche, adjoint en charge de l'environnement
  • Emmanuel Cibert, chargé de mission urbanisme et développement durable

Démarche « jardins – biodiversité » avec l'association Cœur Émeraude

  • Béatrice Onen, chargée de mission Eau et Nature de proximité

- 11h-12h30 : visite avec Vincent Bouche, adjoint en charge de l'environnement

  • Zone urbaine « la Saudraie » : espace public ouvert requalifié en faveur de la biodiversité (plantations fruitiers, haie sèche, nichoirs, voie douce…)
  • Balade urbaine : aménagements en lien avec démarches communales ‘biodiversité'

-Contact et inscriptions jusqu'au 19 mars
Attention places limitées et réservées aux “décideurs” !

- Leïla Havard, Agence bretonne de la biodiversité – 06.70.12.88.51

En savoir plus

Saint-Lunaire (35)

-La biodiversité, levier majeur de cohésion entre les habitants et d'attractivité communale
-Un atlas de la biodiversité communale
-Gestion d'espaces publics avec de l'éco-pâturage

Association Cœur Émeraude : jardiner au naturel

Agence bretonne de la biodiversité

Le programme du cycle régional de janvier à septembre 2021


Accéder à l'intégralité du contenu

La crise du covid nous fait vivre la fragilité de notre monde.

Face aux crises à venir comment :

  • former à la compréhension des défis à venir ?
  • accompagner les jeunes dans leur implication pour résoudre ces défis ?
  • développer un pouvoir d'agir porteur de nouvelles réponses collectives ?
  • quelle place de la résilience dans l'éducation à l'école mais aussi dans l'éducation populaire et les mouvements de la transition ?

“Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. Nous sentons qu'une civilisation a la même fragilité qu'une vie.” Paul Valery

citation reprise des voeux inspirants de François Taddei

éco systéme résilient, dessin par elicec@live.fr publié par Riposte creative territoriale
dessin éco systéme résilient

éco systéme résilient, dessin par elicec@live.fr publié par Riposte creative territoriale

Une idée, une proposition ne vient jamais seule, mais à un moment de nouveau possibles pour Résilience et éducation cette proposition de groupe FB est née au croisement

- de l'appel en communs "Résilience des territoires", initié à l'Ademe par Gabriel Plassat [1]

A l'image de la fabrique des mobilités, l'idée est d'identifier des défis à travailler ensemble pour contribuer à la résilience des territoires. C'est remplacer la compétition des appels à projets sélectifs et souvent fermés par une coopération ouverte où les productions sont des communs réutilisables

de la lecture des veux inspirants de François Taddei

2020 marquera une année de rupture. Il n'y aura pas de retour en arrière. Nous avons pris conscience que les solutions aux problèmes d'hier ne sont pas adaptées aux défis que nous devons et aurons à affronter. Nous devons inventer, collectivement, de nouvelles réponses.
Il est plus que jamais essentiel de former les jeunes générations à la résolution des défis de manière collective.

[2]

d'un échange avec Benjamin et Hélène de Faire Ecole Ensemble qu'est venue l'idée de proposer un groupe Résilience et éducation.

Faire École Ensemble est une association - collégiale et à durée de vie limitée - qui facilite le soutien citoyen de la communauté éducative durant l'épidémie de COVID-19. Ses actions s'organisent par programmes et se destinent à être supportés par des coalitions d'organisations pérennes.

avec un appel relayé par Lorenzo Favia, acteur et connecteur de réseaux et projets coopératifs en communs comme Transiscope, le groupe facilitateurs et facilitatrices

et de la démarche des "Riposte Creative" initiée par Riposte creative territoriale (avec la direction Innovation du CNFPT) [3] puis par Riposte Creative Bretagne et en décembre par les Riposte Alimentaire pour une résilience alimentaire.



la carte d'initiatives en riposte au premier confinement en Bretagne

Un groupe pourquoi faire ?

C'est tout d'abord une envie de relier Education et résilience, dans la suite de mon implication dans le magazine Innovation pédagogique où nous avons initié il y a un an une rubrique enseigner la transition

C'est aussi une envie d'une prise en compte globale des questions éducatives à la manière de Bretagne Educative qui essaie de relier école éducation populaire, formation tout au long de la vie, éducation à l'environnement.

Voici les questions posées dans l'à propos du groupe,

Comment :

  • former à la compréhension des défis à venir ?
  • accompagner les jeunes dans leur implication pour résoudre ces défis ?
  • développer un pouvoir d'agir porteur de nouvelles réponses collectives ?
  • quelle place de la résilience dans l'éducation à l'école mais aussi dans l'éducation populaire et les mouvements de la transition ?

et proposées à la discussion.

Une démarche qui fait le choix des communs

Comme indiqué dans les croisements, la coopération ouverte et les communs sont au coeur de la démarche. Avec d'autres nous avions écrit une petite contribution aux rencontres Co-construire de Tourna (août 2019) i ;
une coopération ouverte pour un monde vivable et désirable

L'urgence ne nous permet plus d'attendre, il n'est pas possible de réinventer chacun dans son coin. Le partage sincère c'est permettre aux autres de réutiliser ses contenus de formation, ses techniques d'animation, ses retours d'expérience et ne pas les garder pour soi ou son groupe.
Agir ensemble demande une confiance, une ouverture à l'autre qui reconnaît, en humilité les compétences, les savoir faire de chacun.e.
Le vivre ensemble des futurs désirables demande un changement de posture où nous enrichissons de la diversité de nos pratiques de nos histoires, nous démultiplions nos forces en transition.

Cette attention aux autre, bienveillance avec un souci de réutilisation (compostabilité) des productions guide aussi le fonctionnement proposé pour le groupe :

Et quelques règles, postures favoriser une convivialité et la coopération

  • des échanges en bienveillance
  • une attention aux initiatives de celles et ceux qui font
  • un donner à voir (retour d'expérience, récits ;)
  • un souci de documentation
  • une coopération ouverte qui croise les réseaux
  • un partage sincère (contenus réutilisables)
  • une écriture sans "crier" ou vouloir parler plus fort (texte grossi, écriture en majuscule...)
  • sans publicité commerciale
donner un sens à la riposte
un dessin par elicec@live.fr issu des rencontres Riposte Creative avec les cousinades de Gironde

un dessin par elicec@live.fr issu des rencontres Riposte Creative avec les cousinades de Gironde

Quelles étapes envisagées

Avec 200 inscrit.e.s en 2 jours, le sujet rencontre un intérêt,
voici quelques idées pour démarrer :
- une discussion sur les questions qui se posent ?
- une présentation des participant.e.s
- les réseaux proches d e Résilience et éducation
- les PPPP prochains petits pas possibles
- vers un espace collaboratif à la mode des "Riposte" ,
.... en attendant d'autres à recevoir en intelligence collective.

Un groupe FB pour commencer

La proposition initiale est celle d'un groupe FB , tout simplement pour assoicier rapidement quelques centaines de personnes.

Si le sujet motive des personnes nous pourrons ouvrir un espace collaboratif ouvert à la mode des Riposte Creative initiés durant le premier confinement, ou depuis décembre des Riposte alimentaire ;


[1] "Organiser la résilience des territoires ; Ces besoins qui appellent à produire ensemble des Communs
Connaissances, Données, Logiciels, Matériels, Alimentation, Transport, Énergie, Bâtiment, Aménagement urbain et territorial, Communication, Sécurité ..", Fév 2021 - 10 mois - 10 défis - 300 personnes - 30 communs, Initié par l'ADEME avec la participation de l'AFD et l'ANCT

[2] et qui qui nous donne rendez-vous les 24 et 25 janvier prochain autour du Festival de l'Apprendre

[3] d'où sont repris les deux illustrations par elicec@live.fr


Accéder à l'intégralité du contenu

Le Lieu-Dit, réseau d'une dizaine de structures (le collectif Transition citoyenne en pays de Brest en fait partie) qui cherche à favoriser l'émergence de nouveaux projets visant à promouvoir des modes de production et de consommation, alternatifs et responsables, réfléchit au développement d'un outil d'animation commun à ses membres, la Caravane des possibles, mobilisable sur l'ensemble du Pays de Brest.

C'est au Hackathon Super Brest, qu'une animation, “la fresque des possibles” visant à sensibiliser aux transitions (écologique, sociale, économique, énergétique..) , et traitant de différentes thématiques (alimentation et agriculture durable, réemploi, partage, économie sociale et solidaire, finance alternative…) a été imaginée. Cette animation serait prolongée dans le temps par la proposition d'une caravane des Possibles, itinérante sur le pays de Brest.
Un groupe de travail a été créé pour se pencher sur la conception de cet outil.

Une production vidéo du Lieu-dit

Contacts :
Le Lieu-Dit PCIES / Barter Pays de Brest
1 rue Louis Pidoux Porte E
29200 BREST
07 69 68 45 88
contact@lelieudit.fr
Du mardi au jeudi, 8h30-16h30


Accéder à l'intégralité du contenu

Quelles coopérations entre communes et intercommunalités, entre communes et société civile ?

Quelle nouvelles formes d'ingénierie ?

Un article repris d'une information diffusée par Bernard Lemoult

JEUDI 10 JUIN 2021 (11h30-18h) : Ecoutons ce que les territoires ont à nous dire en matière de (non)coopération, avec une animation bienveillante mais sans concession.

Président.e d'intercommunalité, maire, élu.e, DGS, responsable de service en collectivités, cette rencontre est (principalement) pour vous !

avec Jean-François Caron, Benoît Couteau, Emmanuel Franco...

VENDREDI 11 JUIN 2021 (8h30-16h) : Comment progresser sur l'ingénierie territoriale pour aider aux transitions sociétales ?

Acteurs de l'ingénierie territoriale pour les transitions sociétales, cette journée est (principalement) pour vous !

avec des membres de la Fabrique des transitions, du programme TES...


PROGRAMME ET DEMANDE D'INSCRIPTION A VENIR

(nombre de places limité)

FAIRE EVOLUER NOS MODES DE VIE ET PORTER LES TRANSITIONS « LA OU NOUS VIVONS »

LA QUESTION DU « MODELE D'APRES » : Au-delà des conséquences sociales et économiques, la crise sanitaire de la COVID 19 nous a brutalement révélé la fragilité de notre modèle de développement. Cette fragilité fait écho aux alertes régulières de la communauté scientifique internationale sur les changements climatiques, la raréfaction des ressources naturelles, la perte de biodiversité…

LA QUESTION DES MODES DE VIE : En réponse à ces enjeux, nos manières d'habiter, de manger, de se déplacer et, plus généralement, de produire et de consommer vont devoir évoluer. Si certaines dispositions relèvent du niveau national et européen, de nombreuses réponses peuvent être apportées au niveau régional, départemental, intercommunal et communal. L'enjeu est alors de territorialiser et de faire évoluer nos modèles agricoles, énergétiques et économiques… en coopération et en solidarité avec les autres territoires.

LE ROLE DES TERRITOIRES LOCAUX apparaît donc de plus en plus important pour porter ces transitions. Mais ce portage est lui-même interrogé par la difficulté de coopérer, que ce soit entre les territoires eux-mêmes (communes/intercommunalité) ou entre collectivité et société civile. L'espace démocratique doit donc s'ouvrir à tous les niveaux, et ce dans un contexte de forte défiance envers notre démocratie représentative, nos institutions, voire de plus en plus « l'autre ».


Accéder à l'intégralité du contenu

certains articles de Bretagne Creative ont pour source Bruded , Transition citoyenne au pays de Brest ou la Maison de la consommation et de l'environnement à Rennes qui ne figurent pas dans cette revue, faute de fil RSS complet spécifique sur les transitions et la résilience.


Conférences


Préparer l'après


  • une série de textes proposés dans la rubrique de Riposte creative territoriale