:: suivant >>
éditer :: []->

Makers et Fablabs


Fabrication d’urgence et distribution locale et rapide d’outils de protection (masques, visieres, surblouses...) par les Makers, les Couturièr.e.s et les Fablabs de Bretagne


Depuis le début de la crise COVID en mars 2020, des individus, des collectifs et des tiers lieux de fabrication en Bretagne font face de manière structurée et efficace au besoin d’équipement des personnels soignants (hôpitaux, EHPAD, centres d’accueil, soignants libéraux…), et des personnes au contact de la population par leurs activités d’intérêt général (forces de l’ordre, pompiers, travailleu.se.r.s de la distribution et du commerce, agent.e.s d’accueil, caissières, agent.e.s d’entretien…). L'addition des circonstance de la présence du virus et des besoins en équipements manquants ont conduits des personnes confinées qui avait envie d'aider, et du temps et les compétences pour cela, à s'engager dans une action exemplaire et spontanée de mobilisation citoyenne active. Ce sont plus de 600 Makers qui ont produit, par exemple, plus de 25 000 visières au 10 mai 2020, et sans doute plus de 2 500 couturières bénévoles.

Leurs équipements conçus et produits en petite série visent à faire face aux pénuries déjà identifiées, ou encore à venir, en particulier dans le contexte du déconfinement et en cas de nouveau pic d’épidémie. Mais ce matériel produit a déjà été indispensable pour mener des interventions de la meilleure façon possible et permettre ainsi une amélioration notable des conditions de travail des personnes exposés à un fort risque de contamination.

Aux besoins identifiés, les Makers et Couturièr.e.s mobilisé.es apportent une réponse territoriale de micro fabrication, souvent vers de demandes invisibles et ultra-locale. La connaissance des territoires, l’implication dans la société civile, les compétences, les machines et les équipements des territoires sont les éléments clefs des Makers, des Couturièr.e.s et des Fablabs dans la mobilisation qui a eu lieu, et qui se prolonge aujourd’hui. Cette échelle géographique maîtrisable et maîtrisée permet de mettre rapidement en œuvre des solutions pragmatiques, souples, réactives et efficaces, dans le respect des bonnes pratiques de confinement actuel et de déconfinement en cours. Elle permet également d’anticiper d’autres périodes de tensions, liées au COVID, voir à d’autres crises à venir.

En l’espace de 15 jours, se sont de véritables usinettes déconcentrées qui se sont mise en place, avec en plus de la fabrication, la fourniture des matériaux, la logistique de distribution, et le mise en place de protocoles sanitaires et juridiques pour que cela se fasse dans les meilleures conditions. L’agilité de ces écosystème locaux, permet de répondre de manière rapide et précise aux besoins locaux et d’identifier des signaux faibles. Ces organisations, à taille humaine, offrent par ailleurs des cycles de décision courts et très opérationnels. Vous trouverez des éléments d'information dans la presse sur ces initiatives et liens locaux sur cette revue de presse .

En effet, la force des lieux de fabrication comme la Fablab et des individus réside dans leur capacité à coopérer pendant cette crise, que ce soit entre eux, mais aussi avec des partenaires, universitaires, personnels médicaux, laboratoires de recherche, entreprises, et institutions… La complémentarité des compétences et des réseaux a joué un rôle majeur. L’élan de solidarité a amené des acteurs à travailler ensemble, et à rapprocher tant les réseaux spontanés de Makers des Fablabs, mais aussi des Fablabs vers d’autres partenaires, via leurs propres réseaux ou l’initiative « Impression 3D » en lien avec Entreprisesunies.bzh (Région-BDI-ARS).

Autre élément préexistant, un réseau breton qui se connaît et qui a un niveau de coopération renforcée par un historique commun et des rencontres et évènements. Les évènements de rencontre entre personnes semblent en effet jouer un rôle très important dans l'interconnaissance, mais aussi la mise en place d'un système de confiance réciproque entre des acteurs différents. Cependant, ce réseau n’est pas représenté par une structure ou une délégation informelle régionale, ou décliné à l’échelle départementale. Cette filière de conception, de développement et de petite production n’émerge cependant pas de « nulle part » : elle se structure et se coordonne en recombinant des ingrédients sociaux préexistants sur le territoire : réseaux informels de Makers ou de Couturières, média-sociaux, références culturelles communes, valeurs liées au territoire, à une communauté, outils et savoir-faire distribués dans divers lieux : FabLab?, Tiers-lieux, Bibliothèques, Associations, petite industrie, etc.

Cette dynamique s’inscrit dans un contexte politique, économique et territorial. Cette réponse émergente à la crise COVID, aura agi comme un révélateur de certaines ressources enfouies, et bien implanté dans le tissu social des territoires bretons. De plus, elle aura permis le partage d’une expérience commune, ce qui aura probablement des effets à plus long terme sur la vie sociale du territoire. En d’autres termes, cette organisation qui a émergé de mars à mai 2020, pourrait n’être qu’un moment dans un processus social plus long et participatif, qui voit des citoyens, des amateurs, des passionnés, prendre conscience de leur capacité à s’emparer de projets collectifs, et à participer réellement par le Faire ensemble.

Cette page a pour objectif de partager cette expérience et de documenter les échanges entre les Makers, les Fablabs et d'autres structures intéressée pour coopérer aujourd'hui et dans le futur autour de ces mobilisations. Les acteurs et Makers associés lors de groupes de travail facilité par la Ti Lab souhaitent globalement un modèle plus déconcentré, réticulaire, « agile » et reconfigurable en fonction des coopérations possibles, plus « Breton » finalement. La crise a permis d’identifier des collectifs dans les territoires, loin des Fablabs existants. Le lien entre FabLab? organisé et Makers indépendant, qui a fait la force de la mobilisation bretonne, doit être intégré à la réflexion.

Le projet qui pourrait en émerger n’a pas pour ambition de couvrir l’ensemble du territoire breton en termes de fabrication et de protection. L’objet d'un partage d'expérience est de proposer un temps de suivi pour prolonger les interactions entre les Makers et les Fablabs. Pour constituer des collectifs de Makers en capacité de travailler avec les acteurs de la santé ou d’autres acteurs, il est en effet nécessaire de renforcer les interactions entre Makers eux-mêmes, et avec et entre des Fablabs très hétérogènes. Nous pourrions y voir un intérêt majeur à identifier les manques en terme d’implantation de Fablabs mais aussi à interfacer les lieux de fabrication auprès de secteur dans le besoin. En effet, nous pouvons constater aujourd’hui que la capacité collective des acteurs mobilisés pour répondre aux enjeux matériels lors de cette crise est fortement dépendante des réseaux d’acteurs et ressources pré-existantes, et qu’ainsi, le territoire influence la capacité d’engagement des acteurs.


Synthèse des derniers ateliers :

Pour rappel, le petit questionnaire rapide (mois de 5 minutes) présenté lors du dernier atelier par Norbert pour être diffusé dans vos réseaux. Penser la diffusion sur les groupes Facebook des Makers, et aux Makers qui se sont engagés dans les FabLabs? ou de manière autonome : https://framaforms.org/questionnaire-makers-et-fablabs-en-bretagne-tps-reponse-5min-1588672574

Subvention Région et matériaux :



Mise en place de groupes de travail :




Perspectives de suite de l’action :







Outils de travail :


IMPORTANT : Pad de saisie des chiffres de production, des actions en cours, des articles de presse, des ressources pour les makers


Idées de choses à produire, et qui voudrait y participer :

Un inventaire amélioré et élargi de "l'usinette" bretonne, des choses à faire tout de suite :

Pistes d'actions et d’organisation à discuter :




Ressources :


Modèles d'actions identifiés par Tony VanPoucke? de l'Edulab Rennes 2 :

image usinette.jpg (71.1kB)

image CollecteLivraison.jpg (84.3kB)

image PointCollecte.jpg (75.5kB)

image P2P.jpg (64.8kB)



Schéma de réflexion sur une démarche idéale de fonctionnement d'un modèle de commun en Open Santé
Par Hugues Aubin et Sabine Zadrosynski

image OpenSant.jpg (0.1MB)



Documents sur l'organisation d'autres initiatives régionales






Guide et aides